Articles > Tout savoir sur le métier d’expert-comptable

Tout savoir sur le métier d’expert-comptable

Documents de comptabilité
(Modèles Excel)

L’expert-comptable est un spécialiste au service des entreprises. Ses compétences polyvalentes lui permettent d’accompagner les entreprises de toutes tailles au quotidien. Qu’il s’agisse de conseils de gestion ou d’aide à la prise de décisions financières, l’expert-comptable est l’allié de choix des professionnels. Voici les informations essentielles si vous envisagez d’exercer cette profession.


Comment devenir expert-comptable ?

Vous souhaitez devenir expert-comptable ? Pour cela, il vous faudra passer le Diplôme d’Expertise Comptable (DEC), correspondant à un Bac +8. À l’issue de trois années de stage rémunérées en cabinet d’expertise comptable, vous devrez passer trois épreuves :

    - La rédaction et la soutenance d’un mémoire ;
    - Une épreuve écrite intitulée « Révision contractuelle et légale des comptes », dite « épreuve de révision » ;
    - Une épreuve écrite intitulée « Réglementation professionnelle et déontologie de l’expert-comptable », dite « épreuve de déontologie ».

Pour obtenir le DEC, vous devrez passer le Diplôme de Compatibilité et de Gestion (DCG), au niveau Bac +3, puis le Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion (DSCG), au niveau Bac +5. Il est également envisageable d’effectuer un master Comptabilité, Contrôle, Audit (CCA) au lieu d’un DSCG. Le parcours CCA, plus généraliste, ouvre d’autres portes que celles de l’expertise comptable.

Pour être admissible au DEC, les titulaires du master CCA doivent valider deux unités d’enseignement du DSCG : l’UE 1 : Gestion juridique, fiscale et sociale, et l’UE 4 : Comptabilité et audit. L’équivalence peut être validée jusqu’à deux dans après le début du stage du DEC. Il est cependant conseillé de valider l’équivalence le plus tôt possible. En effet, cela peut être un critère d’acceptation aux yeux de certaines entreprises. D’autre part, le taux de réussite à ces deux UE pour les détenteurs d’un master CCA est relativement faible (environ 20 %). L’équivalence requiert donc une préparation minutieuse.

En quoi consiste le métier d’expert-comptable ?

L’expert-comptable endosse de nombreux rôles. Il accompagne les entreprises et les conseille dans toutes leurs démarches d’ordre comptable et financier, mais aussi dans le choix de leur statut. Ses interventions sont donc très diverses. Elles comprennent, par exemple, la présentation des comptes de campagne, l’assistance au Comité d’entreprise ou la délivrance du visa fiscal. Il est également possible pour un expert-comptable de conseiller ses clients en investissement financier ou de donner des cours de comptabilité, mais cela n’est pas son activité principale.

L’expert-comptable peut être employé par une entreprise ou indépendant. Dans ce second cas, la présence auprès de ses clients varie en fonction de leurs besoins : certaines entreprises choisissent de le consulter régulièrement, tandis que d’autres préfèrent un expert-comptable plus discret. Il est possible de ne correspondre qu’à distance (téléphone, courrier, courriel, etc.) ou de prendre rendez-vous en personne.

L’activité de l’expert-comptable, qu’il soit stagiaire, indépendant ou salarié, est régie par un Code de déontologie. Celui-ci dicte ses devoirs, notamment envers les clients mais aussi envers les autres membres de la profession. Par exemple, il est autorisé à démarcher les clients de confrères, mais il ne peut pas avoir recours à quelque procédé déloyal ; cette notion est expliquée dans le Code.

Pour officialiser leur collaboration, l’expert-comptable et l’entreprise rédigent obligatoirement une lettre de mission. Cette lettre servant de contrat, vient définir la durée et la nature de la mission de l’expert-comptable, mais aussi les obligations des deux parties et le montant des honoraires. Ces derniers sont fixés d’un commun accord entre l’expert-comptable et ses clients. Ils peuvent également être indexés dans quelques cas particuliers. L’expert-comptable peut, bien sûr, rompre le contrat avant son terme prévu s’il constate que le client ne lui fait plus confiance, ou si ce dernier a enfreint une clause du contrat.

Le salaire moyen de l’expert-comptable est très fluctuant. Un expert-comptable stagiaire gagnera environ 30 000 € brut par an. Ensuite, en fonction de son expérience, du type et du lieu de son activité, son salaire variera souvent entre 45 000 € et 120 000 € brut par an.

Qu’est-ce que l’Ordre des experts-comptables ?

L’Ordre des experts-comptables est une entité dont le but est d’unir et de représenter la profession. Dans chaque région, l’Ordre est représenté par un Conseil Régional. Les titulaires du DEC doivent impérativement s’inscrire à l’Ordre des experts-comptables s’ils souhaitent exercer la profession d’expert-comptable. Cela n’est cependant pas obligatoire pour être salarié d’une agence d’expertise comptable.

Le Conseil Régional de l’Ordre des experts-comptables de chaque circonscription effectue de nombreuses missions, parmi lesquelles :

    - Gérer les demandes d’inscription des titulaires du DEC à l’Ordre des experts-comptables ;
    - Surveiller l’exercice de la profession d’expert-comptable et les stages ;
    - Représenter l’Ordre des experts-comptables dans la circonscription ;
    - Fixer le montant des cotisations auxquelles sont assujettis les membres de l’Ordre des experts-comptables et les collecter.

Quelles différences avec le métier de commissaire aux comptes ?

Les métiers d’expert-comptable et de commissaire aux comptes sont proches. Il s’agit de deux professions complémentaires, qui se démarquent en différents points.

Tout d’abord, il faut savoir que le Diplôme d’Expertise Comptable mène également au métier de commissaire aux comptes. Cependant, il est nécessaire, une fois le diplôme obtenu, d’effectuer un stage rémunéré de deux ans auprès d’un commissaire aux comptes habilité. Si vous êtes titulaire d’un master 2 et que vous avez validé au moins quatre des sept unités d’enseignement du Diplôme Supérieur de Comptabilité et de Gestion, vous pourrez également effectuer un tel stage, mais cette fois-ci d’une durée de trois ans.

L’Ordre des commissaires aux comptes régit la profession de la même manière que l’Ordre des experts-comptables. Le commissaire aux comptes contrôle les comptes annuels des entreprises qui font appel à ses services. Il effectue des analyses comptables et prévient ses clients en cas d’anomalie ou d’irrégularité. Contrairement aux missions de l’expert-comptable dont la nature peut varier selon les besoins du client, la mission d’un commissaire aux comptes est fixe : elle sera forcément de six ans.

Le salaire moyen du commissaire aux comptes peut varier de 30 000 € à plus de 50 000 € brut par an, selon la mission et l’expérience. Si vous choisissez cette profession, vos honoraires seront réglementés, contrairement à ceux de l’expert-comptable qui sont fixés librement par ce dernier et son client, en fonction de la mission. Il est intéressant de noter que souvent, les commissaires aux comptes sont également experts-comptables. Cependant, il leur est interdit d’exercer ces deux professions à la fois pour la même entreprise.


En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation des cookies à des fins d'analyse d'audience et de publicité. Pour plus d’informations et pour paramétrer les cookies,  cliquez ici. | J'ai compris |